Categories
Feedback
Commentaires fermés
Constance, Partouze Sentimentale

Plastie & cie – 6 mai 2015

Dans les favoris de Raoul (oui, mon Mac s’appelle Raoul, t’as jamais vu la Boum ?), il y a un onglet Théâtre. A l’intérieur, une liste interminable de spectacles et autres comédiens « à découvrir ABSOLUMENT ». Sauf que, le ABSOLUMENT en question, il est parfois long à la détente (ou alors c’est moi ?). Et il me lui faut parfois des années pour se concrétiser ! C’est ce qui s’est passé avec Constance.

Une jeune humoriste dont le titre du premier spectacle (je suis une princesse bordel) m’avait interpelée, et ce avant même que je ne la découvre – et avec quel plaisir ! – dans l’émission On ne demande qu’à en rire. Oui mais voilà, j’ai laissé le temps filer, Constance a fait un deuxième spectacle (les mères de famille se cachent pour mourir) (avouez que cette fille a le sens de la formule ;-), lui aussi remarqué, et moi j’ai de nouveau raté le coche. Jamais 2 sans 3 me direz-vous ? Bah non puisque, enfin, j’ai pu découvrir Constance, dans son tout nouveau spectacle, www.constance-officiel.fr, actuellement à la Comédie de Paris

Le pitch ? « Partouze sentimentale est le titre de mon nouveau spectacle romantico-trash. Si tu viens, tu te feras violer les oreilles et les yeux mais ne t’inquiète pas je mettrai de la poésie et de l’humour dans mes mots pour que tu n’aies pas mal. Pendant ce spectacle tu verras mes sentiments coucher les uns avec les autres et tu verras qu’ils sont très souples. Tu pourras me pénétrer pendant une heure quinze et je promets de me donner tout entière à toi. Ce sera cérébralement bucolique et cochon ! Viens si tu es ouvert aux expériences ! Viens aussi si ton esprit est étroit car j’essaierai de l’élargir… »

Un visage de poupée, de grands yeux bleus, un sourire angélique … et une personnalité d’ENFER ! Constance c’est un peu la personnification de l’adage selon lequel il faut se méfier des apparences, souvent trompeuses. Oui, Constance aime et cultive avec talent les paradoxes (j’en veux pour preuve l’inventif oxymore dans le titre de son spectacle) et use de son physique et de sa fausse candeur pour raconter les pires horreurs. C’est simple : cette fille ose TOUT. Mais ne vous méprenez pas, manier le trash SANS pour autant tomber dans la vulgarité, c’est un Art. Ici, l’analyse des comportements est fine, les situations sont pertinentes, l’humour est noir, l’écriture est rigoureuse (et donc diablement efficace) et l’interprétation n’est que folie millimétriquement maitrisée. Aussi, sans surprise, le résultat est redoutablement efficace et le spectacle résolument brillant.

Vous le savez, plus j’aime un spectacle, plus j’ai le clavier lourdingue sur les adverbes (= les mots en -ment). Et même si j’essaie de contenir mon enthousiasme (sans quoi chaque ligne compterait 3 mots de 12 syllabes et il y aurait des césures moches partout), j’ai vraiment adoré ce spectacle (et pas seulement parce que, à un moment, il est AUSSI question de Patrick Bruel – héhéhé, vous avez remarqué que maintenant j’arrive à caser son nom dans presque tous les articles ?) et plus encore Constance, qui ne recule absolument devant rien pour faire vivre la galerie de ses fantasques personnages. Personnages parmi lesquels cette nonne louant la Sainte-Verge ou cette mère de famille anéantie d’avoir échoué dans l’éducation de son fils qu’elle rêvait de voir devenir … tueur en série cannibale ! Bref, même sans trop en dévoiler vous l’aurez compris, cette Partouze sentimentale est aussi drôle que pertinente, et tout le mérite en revient à l’écriture et à l’interprétation juste vertigineuses de Constance qui, dans ce spectacle pourtant tiré au cordeau, n’en oublie pas d’être complice avec son public, fatalement conquis.

En résumé -> FONCEZ découvrir Constance !

Partouze Sentimentale, un spectacle écrit par Constance,
mise en scène Patrick Chanfray, musique originale Marie Reno
et costume Julia Allègre. Actuellement à la Comédie de Paris Paris 9e