Categories
Feedback
Commentaires fermés
Constance très culottée

Paris Match du 21 au 27 mai 2015 par Sacha Reins

Le titre de son spectacle,« Partouze sentimentale », annonce la couleur : Constance appartient à cette nouvelle génération de femmes humoristes qui, comme les hommes, osent désormais fouler le terrain d’un humour trash et cul. Et qui nous amène à nous demander si, dans le monde du stand-up, ce ne sont pas les filles qui font preuve de la plus grande originalité.

Constance, 29 ans, vient du théâtre classique – études au conservatoire de Lille -, puis monte à Paris il y a dix ans pour tenter de faire carrière. « C’est très difficile de trouver du travail quand on ne connaît personne et qu’on n’a pas de filière, se souvient- elle. J’ai découvert les scènes ouvertes du stand-up. J’ai constaté qu’avec une chaise et trois bouts de tissu on pouvait quand même raconter une histoire. Je me suis longtemps autoproduite : clubs de vacances, salles des fêtes. Quand on peut jouer dans une boîte à chaussures, on peut jouer partout ! » Un passage d’un an en 2011 dans l’émission de Ruquier « On n’ demande qu’à en rire » lui a apporté une certaine notoriété et, depuis, elle crée un nouveau spectacle tous les ans. Mais avec toujours une arrière-pensée: retourner à ses premières amours, le théâtre. « Je suis venue au one-woman parce que c’était la façon la plus évidente, la plus économique de montrer ce que je savais faire comme comédienne », avoue-t-elle. Et, effectivement, elle donne à ses personnages une épaisseur théâtrale et ne se contente pas de balancer une vanne par phrase. « C’est un peu comme les poules en batterie et les poules en plein air. Je préfère faire moins d’oeufs mais qu’ils soient meilleurs. » Avec sa bouille ronde et son insolence rigolarde de servante de Molière, Constance se permet d’aller assez loin. « Je fais beaucoup dans l’humour noir. Soit les gens le comprennent et se détendent, soit ils se crispent. Dans ce cas-là, c’est douloureux… pour eux. Moi, je m’en fiche ! »

« Partouze sentimentale », à la Comédie de Paris jusqu’au 13 juin. Loc.: 01 42 81 00 11